Catalogue d’une exposition censurée

Le catalogue de l’exposition censurée « 100 Sexes d’Artistes »

Réalisation des différents supports graphiques pour Jacques Charlier à la Biennale de Venise 2009.

« A près de septante printemps, au firmament d’une carrière tonitruante, Jacques Charlier n’a jamais eu les honneurs de la Biennale de Venise. Le pavillon belge aux Giardini étant occupé en 2009 par l’artiste Jef Geys qui représente la Communauté flamande, c’est à même la rue que Charlier propose d’afficher ses « sexes d’artistes », une série de dessins entamée en 1973 et à ce jour ininterrompue.

Ce projet, sélectionné par la Communauté française pour une présence en tant qu’événement collatéral lors de cette 53e Biennale des Arts visuels, consiste en l’affichage public de posters représentant des sexes d’artistes célèbres, métaphores de leur propre œuvre. L’histoire commence avec Marcel Duchamp et musarde parmi une constellation d’artistes des générations suivantes, parmi lesquels, Jacques Charlier en personne.

Sur l’affiche qu’il se réserve à la façon d’un autoportrait, Jacques Charlier arbore un vaniteux « By Appointement Only » ! Un texte prémonitoire ! Le plasticien ne se doutait pas que Venise faillit manquer au rendez-vous qu’il lui avait fixé.

Bien dirigée par Enrico Lunghi, le talentueux directeur du Mudam, cette participation doit s’affranchir d’une insoutenable entreprise de censure. Rejeté du programme officiel « Off » par les organisateurs de la Biennale, l’affichage lui-même est ensuite interdit par la Ville de Venise ! Cette décision n’annihile pas le discours, elle l’amplifie largement. Fait prévisible, ce qui consistait à lire simplement l’histoire de l’art dans une bulle de second degré devient un acte politique, un point critique pour faire valoir la liberté d’expression.

Partant de la théorie selon laquelle ce qui se cache s’en rend plus désirable, Charlier prépare un véritable coup fumeux de trublion de l’art, de forban prêt à accoster, tambours battants, place Saint-Marc. Nul doute que l’interdiction d’afficher, frappant désormais officiellement le projet, catalysera la créativité de notre artiste et le fera bondir encore plus haut. Car en parlant d’Artiste, Jacques Charlier en est un vrai. Pour de tels hommes et de telles femmes de conviction, ma détermination de Ministre de la Culture est inoxydable. »

[ Préface du catalogue, par Fadila Laanan, Ministre de la Culture et de l’Audiovisuel de la Communauté française de Belgique. ]

"Le projet, drôle, érudit (où le lien entre l'œuvre et la libido de chaque créateur est au cœur des dessins) et en rien pornographique... " Jean-Marie Wynants, dans le journal Le Soir

« Le projet, drôle, érudit (où le lien entre l’œuvre et la libido de chaque créateur est au cœur des dessins) et en rien pornographique…  » Jean-Marie Wynants, dans le journal Le Soir

Celui de Jeff Koons est en ballons de baudruche…

Celui de Christo est empaqueté…

Enregistrer